Une étude sur le front salin du Saint-Laurent - Hémisphère relations publiques
671
post-template-default,single,single-post,postid-671,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2,vc_responsive
 

Une étude sur le front salin du Saint-Laurent

frontsalinCOMMUNIQUÉ DE PRESSE

LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC ET LES VILLES DE QUÉBEC ET DE LÉVIS FINANCENT UNE ÉTUDE SUR LE FRONT SALIN DU SAINT-LAURENT

Québec, 14 septembre 2016 – Une aide financière totalisant 300 000 $ pour la réalisation d’une étude portant sur la vulnérabilité actuelle et appréhendée des prises d’eau portable dans le fleuve Saint-Laurent dans la région de Québec a été annoncée aujourd’hui par le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, M. David Heurtel, accompagné du maire de Québec, M. Régis Labeaume, et du maire de Lévis, M. Gilles Lehouillier. L’étude qui sera menée par la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ), en partenariat avec le consortium Ouranos, est financée à parts égales par le Ministère et par les villes de Québec et de Lévis.

La hausse du niveau marin et la baisse du débit du Saint-Laurent dues aux changements climatiques risquent de provoquer une remontée du front salin, situé présentement entre l’île aux Coudres et l’île d’Orléans, vers Québec et Lévis. Cette remontée d’eau saline comporte de nombreux enjeux socio-économiques, notamment l’approvisionnement en eau potable des deux villes, et pourrait perturber les écosystèmes particuliers de cette zone.

L’étude permettra de mieux comprendre les conditions du front salin du fleuve Saint-Laurent et d’évaluer l’impact d’une intrusion saline sur les prises d’eau potable des villes de Québec et de Lévis, et ce, dans le but de déterminer les meilleures solutions d’adaptation pour les municipalités concernées.

L’aide financière accordée par le MDDELCC provient du Fonds vert et est versée dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques. L’acquisition de connaissances et la recherche sont des volets importants de ce plan qui vise à contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre de 20 % sous leur niveau de 1990 d’ici 2020 et à améliorer la résilience de la société québécoise à l’égard des impacts des changements climatiques.

Pour plus d’information : http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/infuseur/communique.asp?no=3562